Témoignage de guérison déréalisation dépersonnalisation

Déréalisation / dépersonnalisation : le témoignage de guérison de Solène

Le trouble de déréalisation / dépersonnalisation se caractérise par un sentiment d’irréalité ou d’étrangeté par rapport au monde extérieur (déréalisation) ou par rapport à soi-même (dépersonnalisation). Les personnes qui en souffrent se découragent facilement face aux témoignages négatifs présents sur internet. J’ai donc décidé de recueillir des témoignages de guérison pour contrebalancer un peu tout ça. Solène a généreusement accepté de m’aider dans cet objectif. Elle nous raconte sa victoire face à la déréalisation / dépersonnalisation 🙂

 

Coucou Solène, merci de nous partager ton témoignage de guérison. Pourrais-tu te décrire en quelques mots ? 

temoignage guerison derealisation depersonnalisation solene

Pas facile de se décrire en quelques mots mais pour faire court, je dirais que je suis une fille de 20 ans sociable, très ouverte sur le monde et je profite de ma vie a fond ! Mais un peu paradoxalement, je suis aussi une personne un peu méfiante, attachée à son confort et qui aime bien tout contrôler !

 

 

Comment la déréalisation / dépersonnalisation est entrée dans ta vie ? 

Ca a commencé en mai 2019, après un voyage à Amsterdam durant lequel j’ai fais un bad trip. Le lendemain de la prise de drogue, j’avais comme l’impression d’en avoir encore les effets, puis ça a continué pendant plusieurs jours, puis plusieurs semaines…

Au départ, je n’ai pas vraiment compris ce qui se passait, je pensais que c’était la drogue qui était encore dans mon corps qui faisait cet effet.. Après des semaines de mal-être et d’incompréhension, j’ai consulté quelqu’un afin de comprendre, et cette personne m’a affirmé que j’étais dans un état post-traumatique qui engendrait une forte angoisse.

Et cette angoisse se nourrissait d’elle-même : j’avais peur de l’état dans lequel j’étais et de ne pas savoir jusqu’à quand cela durerait, et tout cela engendrait encore plus d’angoisse et donc de déréalisation… Un vrai cercle vicieux !

Comment le trouble se manifestait chez toi ? 

Ce qui m’a le plus marqué, c’est d’avoir l’impression d’être constamment dans un rêve, de pas vraiment faire face à la réalité, d’être dans une sorte de « bulle » qui nous sépare des autres. J’étais constamment fatiguée du lever au coucher. Je me posais des questions et remettais en cause toute mon existence. J’avais l’impression de ne pas vivre vraiment dans mon corps, de ressentir les choses comme si elles étaient loin de moi, comme si elles ne m’atteignaient pas.

Le plus difficile, c’était de ne pas comprendre ce qui m’arrivait au début, je pensais être devenue folle / schizophrène. J’avais l’impression de ne plus exister mais il fallait quand même que je fasse acte de présence, plus rien ne me réjouissait et plus rien de m’attristait. J’étais juste présente mais à l’intérieur de moi, j’étais vide.

Comment as-tu mis en place le processus de guérison ? 

J’y pensais sans arrêt pendant 1 an, tous les jours je me demandais comment je m’en sortirais, et si un jour je m’en sortirai vraiment ? J’ai finalement décidé d’arrêter de m’apitoyer sur mon sort et plutôt de vivre comme je le faisais avant.

Au début, c’était difficile et je me forçais un peu à sortir avec des amis, voir mon copain, organiser des choses, faire du sport.. puis petit à petit cela m’a fait reprendre confiance en moi. Je me suis mis à fond dans mes relations mais aussi dans chaque petite chose de la vie et sans pouvoir l’expliquer vraiment, cette vision floue et ce sentiment d’irréalité ont disparu au fil des jours sans même que je m’en rende compte.

Plus j’avançais et je m’occupais l’esprit, plus j’arrêtais de penser à ce trouble… et finalement un jour j’ai regardé autour de moi et je me suis dis « ça y est, tu n’a pas pensé à ton trouble depuis 1 semaine », chose qui aurait été inimaginable auparavant. Et je me suis sentie si fière, fière de tout le chemin parcouru pour en arriver là, car rien ne marche sans un minimum d’effort, sans toutes les petites luttes quotidiennes.

Comment te sens-tu aujourd’hui ? As-tu vraiment l’impression d’être redevenue la personne que tu étais avant ? 

Aujourd’hui je ne pense plus au trouble, je ne ressens plus aucun effet de celui-ci, je me sens ancrée complètement dans la vie. Je vis comme avant, à 100%, tout en me ménageant. Pour mon cas, je sais qu’être au milieu d’une foule dans la nuit me rappelle trop ma mauvaise expérience à Amsterdam, j’évite cette situation afin de ne pas me créer de peurs ou de blocages. 

Bien sûr, je suis « redevenue la personne d’avant » (même si en fait on reste nous-mêmes durant cette période, on a l’impression d’être différent de l’intérieur mais nos proches ne le voient pas).  

Je ne sais pas si un jour le trouble ressurgira mais maintenant je me sens prête à surmonter chaque angoisse qui peut se mettre sur ma route. C’est une expérience qui m’a permis de beaucoup réfléchir sur moi et mes fragilités, mais qui m’a aussi permis de plus lâcher prise.


Quel serait ton meilleur conseil pour les gens qui essayent de se sortir de la déréalisation / dépersonnalisation ? 

Si j’ai bien un conseil à donner, c’est de ne surtout pas aller voir les forums, ils sont remplis de gens qui font de la déréalisation depuis des années et n’ont plus aucun espoir de s’en sortir. Même si les réponses peuvent permettre de comprendre ce qu’on vit et de ne pas se sentir seul sur le coup, à la longue elles créent des angoisses encore plus fortes puisqu’on ne se raccroche qu’à ça et donc aux pensées négatives.

C’est avec beaucoup de recul que j’ai compris que c’était moi et moi seule qui faisait persister le trouble en y pensant sans arrêt, en me posant 10 000 questions : est-ce que je m’en sortirais ? est-ce que ça va me pénaliser pour mes études ? comment les autres me voient ? etc. Et je dirais que le meilleur moyen de guérir, c’est de se focaliser sur autre chose, des activités, des relations, des passions qui nous donnent confiance en nous.

Prenez du temps pour vous, pour vous ressourcer dans ce qui vous plaît, ce qui vous fait vibrer, entourez-vous de personnes qui vous changeront les idées et qui ne vous jugeront pas.

Et quelle serait ta parole la plus rassurante ? 

A vous qui êtes en train de vivre de la déréalisation, vous n’êtes pas fous, bien au contraire!! Accrochez-vous et vivez au maximum pour montrer à cette angoisse que si maintenant elle gère votre vie, ce ne sera pas le cas dans quelques mois. Croyez moi, il y a 6 mois je pensais devoir vivre avec ce trouble sans n’avoir aucun recours possible à cela! Et en 6 mois, tout a changé.

Il faut purifier ses pensées, ne pas les laisser prendre le dessus sur vous! Il vous reste des millions de choses à vivre! Les mois paraissent longs mais ils ne sont rien à côté de ce qui vous reste à vivre, et avec du recul ce ne sont pas des mois perdus, bien au contraire!! Cela ne sert à rien de perdre espoir car bientôt, bien plus tôt que vous ne le pensez, tout cela ne sera qu’un mauvais souvenir!
<3 

Merci beaucoup Solène pour ce joli témoignage de guérison 🙂

Si vous avez envie, vous aussi, de partager votre histoire de guérison, n’hésitez pas à me contacter. Le net manque cruellement de témoignages positifs en rapport avec la déréalisation / dépersonnalisation et cela freine trop souvent la confiance de ceux qui essayent de s’en sortir. Merci 🙂

Vous souhaitez lire d’autres témoignages de guérison ? : 

Newsletter

Inscrivez-vous pour être tenu informé de la parution de nouveaux articles 

Pas de spams, promis ! Possibilité de désinscription facile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *