Déréalisation / dépersonnalisation

Déréalisation / dépersonnalisation : les symptômes

Le trouble de déréalisation / dépersonnalisation se caractérise par un sentiment d’irréalité ou d’étrangeté par rapport au monde extérieur (déréalisation) ou par rapport à soi-même (dépersonnalisation). Voici les symptômes auxquels ont peut faire face quand ce trouble nous atteint. 

 
Définition

La déréalisation et la dépersonnalisation sont des troubles dissociatifs qui entrainent une modification subtile de la perception, soit du monde extérieur, soit de nous-même.

Dans la déréalisation, c’est la perception du monde extérieur qui est altérée. Cela peut se traduire par :

  • Une impression d’irréalité ou d’être dans un rêve. C’est comme si le monde extérieur avait perdu de sa substance : il semble moins consistant, moins solide, moins « réel » en quelque sorte.
  • Une perte de sentiment de familiarité par rapport à l’entourage ou aux lieux connus. On sait que c’est « notre ville » ou que c’est « notre meilleur ami », et pourtant ils semblent étrangers, on ne ressent plus de réelle connexion affective en les voyant. Formulé autrement, on les reconnait avec la tête, mais pas avec le cœur.

Dans la dépersonnalisation, c’est la perception de soi-même qui est altérée. Cela se traduit par :

  • Une sentiment d’étrangeté par rapport à son propre corps, ses pensées ou ses actions. On s’observe agir et parler, mais c’est comme si ce n’était pas réellement nous. Nous sommes devenus  comme un spectateur extérieur de notre vie plutôt que l’acteur principal.
  • Une perte de sentiment de familiarité par rapport à son propre corps, ses pensées ou ses actions. On peut par exemple observer ses mains, on sait intellectuellement qu’elles sont les nôtres, mais pourtant elles nous semblent étrangères.
Symptômes

Quand on essaye de décrire les sensations liées à ce trouble, on commence souvent nos phrases par « C’est comme si… » ou «J’ai l’impression que….». En effet, on voit que tout est resté parfaitement identique, et pourtant, quelque chose a bel et bien changé dans notre perception.

Voici comment une personne souffrant de déréalisation / dépersonnalisation pourrait décrire son trouble :

 » Tout me semble si lointain et irréel »
« Je me regarde dans le miroir et je ne me reconnais plus »
« Quand je suis entouré de mes proches, je sais que c’est eux et pourtant ils me paraissent étrangers »
« Je me promène dans ma ville et plus rien ne me semble familier »
 « Je me sens détaché de mon corps, c’est comme si je me regardais d’en haut. Je suis devenu le spectateur de ma vie.»
« Quand je repense à mes souvenirs, j’ai l’impression de ne pas réellement les avoir vécu »
« Je regarde mes mains et j’ai l’impression qu’elles ne sont pas les miennes »

Comme les symptômes liés à la déréalisation / dépersonnalisation sont très étranges, ils induisent souvent beaucoup d’anxiété ainsi qu’une peur de devenir fou.

Pour mieux comprendre les causes de ce trouble et savoir quoi faire pour en guérir, vous pouvez lire mes deux autres articles à ce sujet :

Déréalisation / dépersonnalisation : la véritable cause

Déréalisation / dépersonnalisation : les solutions ! 


Découvrez le  guide complet pour guérir de la déréalisation / dépersonnalisation

 

 

 

 

 

 

 


 

Newsletter

Inscrivez-vous pour être tenu informé de la parution de nouveaux articles 

Pas de spams, promis ! Possibilité de désinscription facile

10 réflexions sur “Déréalisation / dépersonnalisation : les symptômes

  1. mat dit :

    bonjour Lora et encore merci pour ton blog, je voulais savoir si dans les symptômes physiques il existe un certain brain fog ? Sensation de cerveau brumeux, manque de clarté, difficulté de concentration, vision brouillé un peu comme si on avait bu.
    sensation durable et qui peut s intensifier en cas de situation stressante ( enfin généralement dans ces cas la presque toutes les interractions sont vecu comme stressante parcequ on est un peut diminuer cognitivement).

    • Uneviesereine dit :

      Coucou Mat, oui totalement ! Ces symptômes sont très souvent rapportés par les personnes qui souffrent de derealisation / dépersonnalisation. Je pense qu’il sont dûs à l’anxiété tout simplement, le cerveau sature en quelque sorte…

  2. mat dit :

    merci pour ta reponse, j ai commandé ton guide qui est tres bien fait et d une grande aide merci.
    Une remarque/question/confirmation, que je me fait en me prenant comme exemple qui pourra peut être juste aider certain. Je suis un peut ‘bourrin’ dans mon approche et quand je lit ( pas seulement dans ton blog) sortez de votre zone de confort bouger etc ca fini par payer … ‘faite comme si vous n aviez pas de dp/dr’… c est exactement ce que je fait en fait mais a l extreme. j ai peur mon cerveau est en vrac, il ne veu plus avancé, j ai des symptômes tres genant, je passe outre et je fonce , j agit , je bouge. Je ne suis pas dans l évitement mais a l opposé, presque dans une fotme de deni :).
    bref je rentre dans le lard comme un ‘guerrier ‘… en esperant que plus j en ferai plus sa passera. resultat je fini dans un etat bien pire que quand j ai commencer, sans aucune ‘zone de confort’ pour me ressourcer.

    bref il y a surement des personnes qui reagisse comme moi face a l adversité. peut être rajouter une note ici de moderation , de bienveillance, je ne sais pas trops comment la tourner. mais d y aller progressivement dans le cadre de ces limite, en prenant comme motivation une intention bienveillante et comme tu le dit rappeler que c est pour guerrir pour faire ‘autre chose’ et non contre un symptôme.

    • Uneviesereine dit :

      Coucou Mat,
      C’est vrai que je n’avais jamais envisagé que ce conseil puisse avoir des conséquences négatives sur des personnalités plus fonceuses. Merci pour ces précisions 🙂

      • mat dit :

        merci pour ta reponse. C est peut être normal, si ma memoire est bonne en cas de danger le système nerveux sympathique prepare au combat ou la fuite. peut être certain son plus sur une tendance que l autre mais quoiqu il en soit en mode ‘chronique’ c est tout aussi inefficace et usant 🙂 bref ce n est pas simple et chacun y va avec son discernement et son vecu. Encore une foi en prenant mon exemple, avant de sortir de ma zone de confort et de traiter les divers evitement mis en place , il faut d abords que je me refasse une zone de confort 🙂 pour pouvoir y revenir me ressourcer et continuer a avancer. Merci pour ton temps et ton travail il m est tres utiles en ce moment.

  3. Adeline dit :

    Bonjour, j’ai lu récemment votre guide et je voudrais vous remercier de faire ce que vous faites!!! Peu de personnes comprennent et connaissent ce trouble, c’est tellement rassurant, cela fait 8 ans maintenant que je suis mal et j’espère m’en sortir… je dis STOP!!! il y a encore une petite question qui me travaille, les symptômes étaient ils plus forts quand vous faisiez du sport ou quand vous étiez fatiguée ou encore liés aux hormones? Encore une fois merci du fond du cœur

    • Nina dit :

      bonjour,
      pour moi ils sont plus fort quand je fais du sport, ou quand je fais quelques chose d’engageant physiquement. Je ne suis encore qu’au début bien que mes symptômes soient d’une violence inouïe. Mais je pense que c’est normal, c’est parce qu’on y pense en faisant du sport j’imagine.

    • Ricoo dit :

      Bonjour, 
      j’aurais besoins d’éclaircissement, 
      je pense être psychotique ou schizophrèn, je m’explique : 
      je me pose beaucoup de questions sur la réalité et sur moi même : 
      est-ce que c’est moi qui invente tout ça ?
      est-ce que je vis dans un rêve ? 
      est-ce que les autres sont réels ou moi même suis-je réel ?
      les coïncidence m’angoisse beaucoup et je me demande même si je n’invente pas tout ce que je lis ou ce que je vois. J’ai sans cesse peur d’halluciné et je ne reconnais plus rien, tout me semble étrange et bizarre.
      je n’est aucune réponse à ces questions et je stresse énormément. 
      je doute enormement de la réalité mais je ne suis sûr de rien et j’ai très peur 
      Il faut savoir que je suis suivi par un psy qui m’a diagnostiqué des tocs et ma parler de trouble dissocitf mais rien de confirmé, je ne l’es vu que deux fois.
      J’avais déjà un passage de déréalisation dont j’avais réussi à sortir (partiellement) mais suite à une peur incontrôlée des maladie mental, j’en suis arriver à cet etat et à ces questionnement.
      si quelqu’un pouvait m’éclairer je lui en serait reconnaissant. Merci à tous 

  4. Nina dit :

    Je viens de découvrir ton site, et pour une fois je me sens comprise. On lit tout et n’importe quoi sur ce sujet sur internet, j’ai même vu des gens qui essayent de vendre a des désespérés des programmes très onéreux qui semblent être de totales arnaques. Je vais essayer de mettre en place tes conseils et peut être même prendre ton guide la dessus si je n’y arrive pas avec les ressources que tu proposes déjà sur ton site.
    Merci beaucoup pour cet investissement, quand j’irai mieux, j’aiderai les autres aussi.

  5. Je préfère rester anonyme dit :

    Bonjour. Je ne sais pas si vous lirez mon message, mais j’ai tout de même voulu vous l’adresser. J’ai tapé un peu au hasard une recherche sur internet « D’où vient et comment lutter contre la sensation d’être perdu mentalement », et c’est toujours par hasard que je suis tombé sur votre site. Tout d’abord, je voudrai vous adresser un grand merci, car savoir qu’il y a des solutions me redonne beaucoup de confiance en l’avenir. Je ne sais pas si mes symptômes sont ceux que vous décrivez dans tout vos articles, néanmoins je sais qu’ils me seront toujours utiles. Je souhaite également revenir sur une phrase que vous aviez dites, que passer du temps devant l’écran aggravait les crises d’angoisses et les dr et dp… je ne sais pas ce que je peux raconter et où m’abstenir, alors je vais rester dans les grandes lignes. J’ai 14 ans. J’ai subis des années de harcèlement sous toutes ses formes et du rejet. Aujourd’hui je n’ai plus se problème, ma vie sociale est presque parfaite à vrai dire, mais je ne peux pas dire que ça aille réellement mieux… par rapport à l’écran, je joue à de nombreux jeux multijoueurs en secret, et je sens que je perds la notion de la réalité, c’est ce que je recherche, me fondre dans le décor. Je ne peux parler à personne, mes ami(e)s ne comprennent pas ce que je traverse, aussi je ne leur dis plus rien. Il reste mes parents et ma famille. Avec mes parents c’est compliqué. Je leur cache que je vais mal car quand je me confie ils ne réagissent pas… je vais donner un exemple qui m’est arrivé il y a quelques semaines. Une amie a fait une TS, et j’ai tenté de me confier pour une fois. Je n’ai récolté que des cris, des reproches. Vous comprenez mieux ma situation. Dans ma famille, l’unique personne à qui je me confie est ma cousine, bien plus âgée que moi, mais je ne lui dis que le plus superficiel et rien sur mes parents ou qui puisse l’inquiéter, je ne veux pas qu’elle aille leur parler, auquel cas ma vie deviendrait véritablement infernale. Alors je parle aux gens sur internet, mais je sais que ce n’est pas la solution… oui il y a des pédophiles et des manipulateurs, j’ai fais leur rencontre et je sais que je peux difficilement me fier. Mais c’est ma seule solution. J’ai de multiples soucis dont je ne parlerai pas, mais je souhaitais en évoquer un, en espérant que quelqu’un puisse m’aider… je suis HPI, cela se voit dans ma façon de parler, mais je ne le vis absolument pas bien, je décroche au collège, j’ai souffert à cause de ça, je souffre encore, de par le décalages constants avec ceux de mon âge. Pour oublier ça je me plonge dans les livres, les jeux, tout ce qui est faux et imaginaire, ou j’aide et on se confie à moi, y comprit des adultes, et je m’oublie moi et mon mal être pendant ce temps, seulement les problèmes des majeurs causent tellement de soucis… Ma question est que me conseillez vous ? Rejoindre une école spéciale, en internat ? Que faire ? Dois-je montrer ma peine, que je cache à tout le monde en IRL ? Pleurer est-ce bénéfique ? Me faudrait-il arrêter de jouer ? J’espère sincèrement que vous avez des solutions, en attendant je vais appliquer du mieux que je le peux vos conseils, et briser le cercle vicieux que je vis depuis si longtemps… je voulais souhaiter bon courage à tout ceux qui souffre, ceux qui se battent, ceux qui aident sans penser à eux ainsi qu’un grand merci. Je guette une réaction, une réponse. À très vite je l’espère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *